Aux fils de Lau

17 juillet 2018

Débrider la broderie...

Le problème, quand on stocke des coupons achetés sur une impulsion, c'est qu'ils changent de destination mille fois, se perdent parfois, se démodent ou subissent des changements de goût...

Lorsque j'ai craqué pour ce bout de broderie anglaise bleu marine, j'étais sûre. Il me le fallait. Mais pour faire quoi ? Mystère. La chose a trainé deux ans... Chance, la broderie se porte encore, mais l'âge posant sa marque, je suis moins à l'aise avec. Une robe droite ou trapèze serait franchement mémérisante, une blouse sans manches et froncée sans doute trop juvénile...

Il y a deux semaines, j'ai tranché et coupé un Aime comme Miroir. C'est mon deuxième et je trouve ce patron formidable. Je compte d'ailleurs tenter le modèle à basque dans un coton blanc à motifs géométriques...

Bref, j'ai tranché et le résultat est bien, mais discutable : le rythme des motifs s'accomode mal de la coupe, même si j'ai été réglo avec les raccords. En fait, je suis perplexe...

IMG_0559

IMG_0562

 

IMG_0570

Les jours vont demander des calculs au niveau des sous-vêtements...

IMG_0565

En outre, une jolie blouse, dans le dernier numéro de la maison Victor, me fait l'effet, après coup, d'être la candidate idéale. Décidément, on ne se refait pas !

Posté par Laudette à 06:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


10 juillet 2018

Mettre Josette à la chaine...

Un jour,je suis tombée par hasard sur le patron Jolene de Ready to Sew, et j'en ai été illico raide dingue. Cela m'arrive parfois, et rien, dans ces cas là ne me fait reculer, pas même le prix, souvent élyséen, d'un patron à l'unité. Sans différer, j'ai commandé le PDF, avec le tremblement caractéristique de la junkie qui va forcément coudre la nuit même.

(rires en registrés...)

Or, me baladant de page en page, sur le site, je suis tombée un autre indispensable que j'ai acheté aussi pour réduire les frais postaux (chose, on le devine, cruciale quand on commande des PDF...). Emportée par une vague de mauvaise foi, j'ai donc acheté aussi Josette que j'ai oubliée aussi sec.

Il y a quelques semaines,je me suis rappelé ce patron, tout à fait adapté à la vague de chaleur qui s'installait. Je l'ai assemblé, découpé (à lire sur l'air de la Reine des Niaises : "Assemblééééééé, découpéééééééé...") et j'ai découvert qu'en version top, il suffisait de chutes de tissu pour tenter l'aventure. J'ai donc exhumé du placard des restes de lin noir, taupe et bleu nuit, et j'ai taillé 2 Josettes et demie (la demie qui reste ira en version robe avec un lin rouge que je dois encore chercher et peut-être même trouver).

La version 1, la toile, est un peu moche, rapport à une couture pas droite au niveau de l'encolure. En fait, je n'ai pas bien compris comment on assemblait le devant : j'ai voulu coudre bord à bord l'empiècement bas avec ceux du haut plus loin que prévu. Il y a un repère qui m'a échappé ! Bref, je suis un peu déçue...

IMG_0551

IMG_0555

IMG_0556

Pour la version 2 (noire et bleue), j'ai tout réussi hormis la pointe du décolleté, pas hyper propre... mais pas repassée non plus et rigidifiée par un thermocollant pas forcément utile à mon avis. Cela dit, je suis plutôt contente de cette cousette rapide et sympa, ultra confortable pour les grandes chaleurs.

IMG_0542

IMG_0543

IMG_0546

IMG_0550

Reste à finir la version robe... c'est à dire à retrouver ce foutu coupon dans mon barda...

Courage !

 

Posté par Laudette à 05:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 juillet 2018

Se mettre à l'heure de l'apéro...

Il y a un an, un gros coup au moral lié à l'accumulation m'avait valu une coute période d'arrêt, pas si reposante que ça, au final... Les premiers jours, pourtant, j'avais essayé de faire des choses, de me nourrir moralement. Et j'avaix commencé par une cueillette chez un producteur, à deux pas de chez moi. Initialement, j'allais chercher des framboises (ma dope, ma coco, mon emphétamine). Or, tout avait été cueilli par les précédents et il fallait attendre le mûrissement des baies encore roses que j'étais d'ailleurs allé cueillir trois jours après. Par dépit, et en attendant, je m'étais vengée sur le cassis. A vrai dire, je ne savais trop ce que j'allais en faire, mais je ne voulais pas repartir sans rien.

J'ai donc concocté un cake au cassis et au citron, une tuerie. Mais j'avais eu la main lourde lors de la cueillette... Or, dans le précieux livre de Valérie Lhomme, Petit Larousse des Recettes aux Fruits du Verger, il y avait une recette de crême de cassis.

IMG_9032

C'était un peu les grandes manoeuvres, mais j'avais envie d'essayer. J'ai eu raison.

La chose est douce à souhait, parfumée et délicieuse en kir (à consommer avec modération bla bla...).

Bref, il me semble qu'il vous faut la recette. La voici:

IMG_0541

IMG_0541

Ingrédients

  • 750 gr de cassis
  • 1 l. de vin rouge (Corbières ou Côtes du Rhône)
  • 750gr de sucre par kilo de jus
  • 6cl d'eau de vie de fruit

Préparation

Ebouillantez un bocal et retournez le sur un torchon propre.

Lavez, séchez et égrappez les baies. Versez lesdansle bocal, couvrez avec le vin rouge et publiez les deux jours.

Sans laisser perdre le vin, versez les fruits dans un moulin à légumes (grille fine) et réduisez en purée. C'est l'étape franchement casse-bonbons... Le jus recueilli sera mélangé au vin rouge de macération. Pesez et ajoutez 750 gr de sucre par kilo de liquide.

Portezà ébullition 5 minutes.

Filtrez, ajoutez l'eau de vie et mettez en bouteilles.

Attendez deux mois minimum pour y goûter.

Et, comme le dirait cet ancien ministre un peu chiffonné : "Santé !"

Posté par Laudette à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 juin 2018

Se remettre en selle...

D'ordinaire, lorsqu'une cousette tourne mal, pour des raisons d'incompétence technique, de choix discutable du tissu ou de taille inadaptée, je me promets de rectifier, de refaire en changeant le (ou les) paramètre(s), et ce, au plus vite.

Et puis rien.

La vexation, la déception, la peur de rater encore malgré mes efforts (et de devoir admettre que -juste- je n'y arrive pas) me font renacler devant l'obstacle et passer à autre chose, qui parfois n'est pas mieux !

Eh bien ce coup-ci, j'ai forcé ma nature.Après avoir taillé tropgrandtroplong un top Alice de chez Tessuti, j'ai réimprimé mon patron, recollé tout ça, redécoupé ( ce qui était inutile puisque le patron en question proposait des pièces emboitées comme des poupées russe : j'aurais pu prendre mon XXS dans le S... Bon à savoir.), choisi un coupon de tissu du stock et refait.

Oui. Trois jours après Alice 1, voilà Alice 2.

IMG_0502

J'ai rectifié la taille : XXS pour un 36 en expansion vers le 38. J'ai raccourci de 10 cm (rapport à la tendance actuelle : les tuniques haut des cuisses c'était en 2010...)

Le tissu est un voile pas de coton de chez Indigotex, acheté il y a tellement longtemps qu'il a bien failli ne jamais être utilisé. L'imprimé un peu fleuri un peu indien est sympa mais la consistance est trop rigide pour être honnête. Ce doit être un synthétique... Bref, c'était le client idéal pour un crash test à retardement.

IMG_0515

Que dire ? J'ai un peu raté le montage des mancherons : je trouve que ce n'est pas net.

IMG_0520

Je n'ai pas repassé avant les photos, mais sinon, la taille est bonne, la longueur me convient ! Cet Alice là est letop idéal pour les grandes chaleurs : ample sans être une bâche, léger, ouvert mais sans dévoiler quoi que ce soit au moindre mouvement...

IMG_0503

IMG_0509

IMG_0511

 

Voilà... Si je suis sérieuse, maintenant, je fais la version def' de def'.

Mais bon. Trop de progrès tue le progrès... c'est connu !

Posté par Laudette à 08:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

19 juin 2018

Se tromper de taille...

Lorsque je me décide pour un patron, et que je parviens à élire le tissu, choisir la bonne taille est toujours un problème. Il y a des marques connues pour tailler grand (Burda parfois, La Maison Victor de temps en temps,...), des blogs sur lesquels on a vu écrit que "ça taille parfaitement", des polémiques sans fin, et des grands moments de solitude devant le perfide tableau des tailles.

Ajoutons à cela les changements de métabolisme à l'approche de la cinquantaine qui vous font garder le petit bourrelet que, jusque là, on aurait perdu dès la première contrariété, le premier coup de stress. Et le corps qui change sensiblement de proportion... Alors on se dit que la taille S est quand même plus raisonnbale que le XS qui vous semble perfidement familier, sans parler de cet improbable XXS réservé sans doute à une ado prépubère, fille ou nièce de la couturière...

Bref, j'ai taillé en S mon petit top Alice de chez Tessuti... et c'était une mauvaise idée. L'anglais taille grand. En confection, c'est connu. Il fut un temps où les magazines féminins conseillaient, pour se remonter le moral, d'aller s'acheter un truc chez Marks & Spencers, une à deux tailles en dessous de la sienne. Aujourd'hui, on peut flotter dans des chemises Boden... Eh bien chez Tessuti, c'est pareil.

J'ai taillé en S, pour un 36 qui flirte avec le 38, et je naaaaaaaaaaaaaaaaaage dans ce truc ! Heureusement, en fille prudente, j'ai exploité un vieux reste de broderie anglaise dont je ne savais plus trop que faire...

La preuve en images :

IMG_0485

IMG_0487

Oui, j'avais oublié de préciser que c'est trop long, aussi...

IMG_0484

Bon, dans la pantalon, c'est surtout large.

IMG_0496

IMG_0501

 

Voilà... Et pourtant, je ne désespère pas : je vais réimprimer le patron et le découper en XXS, rien moins, avant de le refaire, je ne sais pas trop dans quel coupon... peut-être ce petit coton rayé de bleu qui me fait de l'oeil.

Bon, et sinon, pour celles qui trouvent que, sur les photos, le plus intéressant est le pantalon en wax (que je n'ai pas cousumoi-même), j'ai deux remarques :

  • primo, je vous donne raison
  • deuxio, je vous donnerai l'adresse dès que j'aurai retrouvé la dealeuse (qui a quitté son site vendeur et est introuvable sur Etsy où je pensais la trouver...).

Ajout tardif : Je l'ai retrouvée !!! C'est la boutique Openya, ICI. Allez y sans crainte ; cette fille bosse comme un ange, et elle est charmante.

Posté par Laudette à 05:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


29 mai 2018

Se mirer...

IMG_0465

Il faut sans doute être un peu narcissique pour tenir un blog de couture quand on coud pour soi et que l'on est son seul "mannequin" (tout le monde a noté la présence des guillemets, hein ?!). Je ne compte pas les photos prises dans le secret de la chambre, près de la fenêtre, rapport à la lumière, contorsionnée afin de donner à voir le mieux possible la couture du jour et le moins possible l'appareil photo dont le reflet s'invite dans la glace, afin de masquer les plis produits par la posture même (puisqu'il faut lever ce fout*** appareil...), et puis ceux que la nature imprime à toute vitesse sur le cou, les bras, avec les années... que le blog donne à voir comme personne !

Bref, le nom de Miroir était cruel et limpide à la fois... Il fallait bien qu'un patron le porte. C'est chose faite depuis un an ou deux le temps pour moi de me réveiller et de suivre la troupe !

IMG_0470

J'ai donc cousu mon haut Aime comme Miroir et je suis super contente du résultat. Taillé dans un reste de Liberty acheté en 2010 (ou peut-être 2011, au vu de ma capacité à réagir...), il est imité de la photo présente sur la page même du site vendeur ! Plus imaginative tu meurs, donc, j'ai testé le modèle avec le tissu proposé, histoire de m'offrir vraiment le modèle du net, mais sans le short, quand même, parce qu'à 47 ans, il y a des choses qu'on ne fait pas, par égard pour ceux qui ont déjà beaucoup souffert ou pour la sauvegarde des enfants qui pourraient tomber là dessus. Résultat, je suis assez satisfaite, mais complètement obsédée par l'idée de le tenter dans tous les autres tissus du stock... qui comprend 15 ou 20 stères de chiffon minimum. On reverra du Miroir, donc,mais sans raccords ou - soyons folle - avec des raccords réussis.

IMG_0475

Ici, malgré mes efforts, j'ai foiré le raccord du Liberty. Oh, pas de beaucoup ! ça se joue à deux ou trois millimètres près mais ça arrache l'oeil. Passons...

Les boutons sont en nacre, achetés en brocante. C'est du vrai vieux, et je les aime beaucoup. Leur petitesse (ce sont des boutons de manche) me charme tout à fait. Malgré une envie d'aller au delà du modèle et de poser de vrais boutons, avec des boutonnières, donc, j'ai laissé tomber assez lachement et cousu les épaisseurs ensemble. Je me ferai violence une autre fois !

Le liberty est un Capel, bleu nuit et jaune pâle. Il avait été déniché pas très cher sur ebay... C'était presque louche ! Pourtant, c'est un vrai : le tana lawn a un toucher qui ne ment pas.

J'ai taillé en 36 pour un 36 et ça passe bien. Rien à dire. Marie est une fée !

Il y a donc des petits miroirs à venir, avec ouverture, ou sans, avec basque sans doute... En attendant, allez, pour rire, encore une photo avec posture débile, histoire de compenser par le rire le manque de lumière et de netteté des couleurs !

IMG_0456

Posté par Laudette à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 mai 2018

Sortir son Mouchoir...

... et l'agiter joyeusement au soleil, comme toutes celles qui ont déjà tenté le charmant patron de Delphine et Morissette.

IMG_0440

Bon, le moins qu'on puisse dire est que j'arrive après la bataille puisque mon Mouchoir a déjà été testé par tout le monde (mais ça, à la limite, ça m'importe peu...) et parce qu'il est presque déjà trop chaud pour la saison !

Désireuse de faire un brouillon, j'ai choisi un tissu à carreaux acheté il y a très longtemps, pas cher, en ligne (mais où ?!). Il s'agit d'un coton pas très orthodoxe (contiendrait de la viscose ou une autre cochonnerie que ça ne m'étonnerait pas...) donné pour un tissu de chemises pour homme.En vrai, la chose est un rien rigide (ce qui est louche) et beaucoup plus épais qu'il n'y parait ! Le montage du col froncé sur un tour de col passepoilé a été un calvaire et j'ai dû m'y reprendre à deux fois pour un résultat à peine moyen-plus.

Le modèle est donc intéressant car pas si simple. Il demande du soin, de la précision... autant de qualités que je dois encore travailler. Euphémisme. Coupé par de longues périodes de doute et d'occupations extéreures forcenées, le montage s'est étalé sur plusieurs semaines, mais j'ai pu tester des points intéressants, de la gestion d'épaisseurs multiples au montage de poignets avec biais à l'intérieur de la fente.

IMG_0443

Oui, c'est flou...mais chez David Hamilton aussi ça l'était et personne ne lui en faisait le reproche !

Dans un élan de délire, j'ai passepoilé les poignets, mais en free style total.

Epuisée, j'ai donc logiquement renoncé à coudre boutons et boutonnières. Je me suis rappelé que j'avais investi il y a des lustres dans une pince à poser des pressions, chez Ar-Brinic, honteusement sous-utilisée depuis. J'ai rectifié cette erreur en remplaçant tous les boutons par des pressions, ce qui a été jouisif en terme de vitesse. L'effet me convient, d'autant qu'il s'agit d'une tentative, pas de la version de mes rêves.

Au final, le patron me plait beaucoup. J'aime tous ses détails : le col, les empiècements d'épaule...

IMG_0436

La version future sera :

  • en coton ultra léger, voir en voile (j'en ai un depuis 2010, en stock, acheté à l'époque chez Indigotex, et vraiment très très joli).
  • peut-être dépourvue de passepoil, histoire de voir...
  • dotée de poignets à pattes de boutonnage façon col polo (c'est sympa le biais, mais je ne maîtrise pas, malgré mon recours à un bouquin de couture très illustré)

En attendant, je crêve d'envie de courir derrière la troupe en cousant mon premier Aime comme Miroir, dont le patron, posé sur le bord du buffet de la salle à manger hurle "décalque moi !" depuis huit jours au moins.

Ce sera sans doute le prochain projet, à moins que la délicieuse Delphine ne me fasse coudre un pantalon Petit Gibus, puisqu'elle m'en a offert la patron ! Oh, ce n'était pas pour mes beaux yeux ! Figurez-vous que voulant mettre en ligne très vite la patron de sa blouse Mouchoir, elle a laissé passer une petite erreur. Découvrant la chose, elle a contacté toutes ses acheteuses pour leur permettre de rectifier le tir et elle a, avec une délicatesse pleine de scrupules, offert à chacune un patron au choix en dédommagement. C'est quand même la classe !

Bref, je vais donc coudre un pantalon, à défaut de mettre en ligne les ouvrages tricotés des dernières semaines et complètement hors saison !

Belle fin de printemps,ou beau début d'été couturier à toutes !

Posté par Laudette à 05:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

11 avril 2018

Faire son cinéma

... et adopter un accessoire indispensable pour avoir 13 ans et aller à sa première boum : la "liquette" de Vic dans le film de Claude Pinoteau !

Il y a -pfiouuuuuuu- des siècles, j'avais acheté le livre S'habiller comme au Cinéma de Colette Tabeling et Jean Serroy. J'enseignais encore en CAV (cinéma audio-visuel) en lycée. C'était avant mon retour délibéré en collège, et je trouvais ça rigolot d'associer le cinéma et la couture ! Le livre, joliment illustré proposait un panel varié de projets allant de la salopette de Betty, dans 37°2 le Matin, à la robe de mireille Darc dans Le Grand Blond avec une Chaussure Noire... J'en passe.

IMG_0322

Or, lors du feuilletage initial, celui qui précède le craquage, j'avais repéré un modèle point trop compliqué mais du style qui me ravage illico le neurone : une chemise avec un col mao, présentée dans sa version d'origine, à carreaux rouges, puis dans deux autres encore plus jolies pour mes yeux de quarantenaire immature (si si...). Une fois le livre acheté, d'autres envies, et plus plein de trucs, avaient retardé la mise en oeuvre du plus petit ouvrage tiré du bouquin.

Il y a quelques jours, l'envie m'a saisie, inexplicable, de tailler dans un morceau de coton style Liberty, acheté lors d'une vente de destockage PPMC, il y a des lustres. En pleine séance d'archéologie couturière, j'ai donc adapté la liquette de Sophie Marceau !

IMG_0315

On est donc bien d'accord : ça n'a plus rien à voir avec l'original. Le tissu modifie totalement l'effet du modèle. En outre, j'ai renoncé à contraster le col (blanc sur la version de départ), j'ai viré la bride sous l'empiècement dos, fait une patte de poignet, thermocollé col et poignets. 

Au final, je suis contente de mes modifications, ravie aussi de la coupe qui taille parfaitement bien et tombe pile poil. Cela mérite d'être souligné. Après, je suis restée perplexe devant moult détails :

  • dans les explications de montage, les finitions de la patte de boutonnage ne sont pas évoquées... Jamais on ne parle de coudre les deux bords du devant... Est-ce moi ou est-ce un oubli déconcertant ?

IMG_0323

(Si vous trouvez, faites moi signe...)

 

  • sur l'une des photos de l'une des deux versions cousues pour le livre,la dite patte de boutonnage s'orne d'une petite languette à un tiers de la hauteur... Je meréjouissais de tenter cette petite fantaisie. Or, il n'en est question ni lors du montage (cette partie là étant manquante !) nisur le patron ! Etrange...

Mes maigres compétences ne mepermettent pas d'aller plus loin : la critique est aisée et l'art me reste encore en grande partie inaccessible, mais bon.

Sinon, la chemise ? Eh bien je l'adore! Et c'est l'essentiel.

Achevée hier soir, je l'ai portée aujourd'hui et elle est confortable et facile à vivre. Le tissu a de la tenue, la coupe est chouette. Le choix de boutons noirs me semble bon. Je ne saurai jamais si des surpiqures de la même couture auraient apporté quelque-chose. Mystère !

La chose en images :

IMG_0296

IMG_0272

IMG_0290

De près, elle est mignonne aussi...

IMG_0301

IMG_0273

 

Me voilà donc à nouveau dans une période "à chemises"... 

Posté par Laudette à 05:51 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 mars 2018

Attendre le froid...

... pour pouvoir porter mon écharpe Rayons de Miel de La Droguerie, dont le modèle est issu de l'INDISPENSABLE Week-Ends Entre Filles.

IMG_0270

Réalisée en laine Katia Verso (pas le temps d'aller à Toulouse, pas envie de payer une blinde...), elle m'a pris un temps considérable (je l'ai commencée en décembre. Honte.) du fait de l'aspect répétitif de la chose et de la longueur : je ne l'ai pas mesurée mais elle est plus grande que moi qui mesure 1 m 65, et elle n'a pas été bloquée. Cela dit, moi non plus, maintenant que j'y réfléchis !

(Si ça se trouve, après bloquage, j'ai les jambes d'Adriana Karambeu... Humpf...)

Bref. la chose est assez facile à réaliser (le blocage de l'écharpe, je veux dire, pas mon écartèlement, Banane !). En fait, le motif fonctionne sur le principe de la torsade, mais en mode minuscule (deux mailles croisées à la fois et puis c'est tout) ce qui permet de faire l'économie de l'aiguille à torsade, au prix de contorsions assez ridicules, dans mon cas. Le point rend bien. Il est assez gratifiant puisqu'un motif complet se rajoute tous les quatre rangs. On se voit quand même avancer ! Cela dit, une écharpe, ça reste du tout droit, du long, particulièrement avec des aiguilles de 4 et demi.

La laine Katia (dont les détracteurs sont nombreux... comprends pas pourquoi...) est douce et pas très chère. Elle supporte sans broncher d'être durablement tripotée et la couleur est lumineuse. Je me félicite de mon choix, même si le toucher d'une Plumette assortie d'un peu d'alpaga est toujours à tomber...

Allez, place aux photos !

IMG_0268

sur la bête...

IMG_0263

IMG_0256

Toute à la joie d'avoir achevé ce boulet, j'ai illico commencé un châle, c'est à dire un ouvrage qui grandit, se modifie, et change donc constamment, avec une foule de motifs qui se rajoutent, se combinent. Joie!

Et sinon, une vraie info : j'ai lavé le miroir. Eh oui... tout arrive.

Crevée.

Posté par Laudette à 04:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2018

Se tromper de tissu. Ou de modèle...

Ou des deux !

Je vous campe le décor : il me faut une chemise loose, le style qui vous tombe des épaules en arrière, dont la couture desbras dégouline jusqu'aux coudes... un truc comme volé à son oncle (je l'ai fait longtemps avec ses vieilles chemises de l'armée mais passé 15 ans, l'effet n'est plus le même. Passons.). Oh, ne vous cotisez pas : je ne suis ni nue ni désespérée, mais une lubie chassant l'autre, il me fallait une chemise loose. Point barre.

Or, depuis un certain temps, je lorgnais sur un patron Aime comme Marie qui me semblait correspondre aux attentes. Le grand gagnant du casting était donc Aime comme Murmure.

Forte de mon expérience en matière de chemise, expérience confirmée récemment puisque j'ai même réussi à coudre une chemise pour homme en cachette, en moins de huit jours, avec tous les détails jusqu'aux pattes de poignet, réussie, je me suis dit que ce serait du gâteau. Et j'ai foncé, en mode Fast and Furious de la couture. Pile poil comme il ne faut pas le faire. Enfin, pour moi.

Et le résultat est donc un modèle de déception.

IMG_0140

IMG_0141

C'est trop court devant.

IMG_0137

C'est trop long derrière...

IMG_0146

 

Les raccords sont foirés (à part celui du devant, quand même !)...

IMG_0148

 

La couture de la manche fait un truc qui me dérange...

Positivons :

  • Ce coupon était joli mais sur le mode inutilisable.
  • J'ai compris plein de trucs sur les racords que je n'aurais pas capté même en relisant cent fois des indications écrites.
  • J'ai enfin arrêté de faire une fixette sur les boutonnières.
  • J'ai enfin trouvé un patron chez Marie qui ne me plait pas. C'est un événement. Bon, après, comme une nouille, je l'ai acheté...

Il ne reste plus qu'à me remettre en jambes avec une idée moins foireuse (je parle de l'idée, pas du patron !) et à y consacrer le temps nécessaire sans retomber dans le travers de la junkie de la couture qui sort d'un sevrage forcé.

Posté par Laudette à 05:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,